Investir dans les bons projets vidéo

Alix 8 juillet 2015

Tous les projets ne nécessitent pas une vidéo de même qualité. Varier les qualités peut être très bénéfique. Mon premier conseil à garder en tête est d’éviter absolument les compromis. J’ai vu des dizaines de marketers choisir le moins cher de plusieurs prestataires pour réaliser leur vidéo sans connaître les différences de service que la différence de prix impliquait.

Par exemple, un prestataire 10 % moins cher que les autres peut paraître intéressant lorsque l’on compare les devis. Mais il y a beaucoup de critères à prendre en compte, sur les manières de travailler et les services proposés. Par exemple, outre les différences de qualité, ce prestataire ne prendra peut-être pas le temps de comprendre l’identité de la marque. Il produira alors une vidéo tout à fait cohérente, mais sans rapport avec les efforts de communication déjà mis en place. Dans cet exemple, la vidéo sera donc quasiment inexploitable, voire néfaste.

En cas de faible budget, je déconseille donc vivement de choisir un prestataire moins cher pour réaliser coûte que coûte la vidéo que l’on a en tête.

Mon conseil dans la grande majorité des cas est d’obtenir le budget nécessaire pour faire appel à un prestataire professionnel, ou de tout faire soi-même. Ainsi, dans chaque cas, on est très clair avec soi-même ; ou bien on a payé cher pour une vidéo de qualité, ou bien on a une vidéo très basique, mais sans aucun frais. Les entre-deux sont quasiment tout le temps imprévisibles et décevants.

En identifiant les vidéos qui profiteront d’une bonne qualité et celles sur lesquelles on peut limiter les dépenses, on est à même de faire des choix judicieux et d’investir nos ressources là où elles auront le plus d’impact.

Dans ce cas, comment déterminer les vidéos dans lesquelles il faut investir des moyens conséquents ?

Identifier les projets dans lesquels investir

En s’interrogeant sur l’impact direct que les vidéos auront. Il s’agit de ce que ressent le spectateur. En effet, catalyser les ventes, présenter l’organisation, expliquer le fonctionnement d’un produit, … ne sont que des effets secondaires. Le premier effet d’une vidéo est ce qu’elle transmet au spectateur. Voyons donc ce qu’apporte une vidéo de qualité professionnelle en termes d’expéreince utilisateur.

  1. Respect du spectateur. Le visiteur ayant l’intention d’acheter a besoin d’en savoir plus sur le produit/service. Regarder la vidéo s’impose donc comme une évidence et presque une nécessité. Si sa qualité technique (son, image) n’est pas soignée, il y a un certain manque de respect vis-à-vis du spectateur. Il ne s’agit pas dans cet exemple d’une vidéo que le spectateur regarde pour son plaisir. S’il n’y avait pas un besoin d’informations lié à l’intention d’achat, il ne la regarderait pas. Il est donc rarement prêt à accepter un manque de qualité technique.
  2. Confiance. Une vidéo professionnelle rassure et renvoie une image professionnelle et fiable de l’organisation. Elle crée aussi l’image adéquate à la marque et au message de la vidéo (professionnel, fun, …).
  3. Plaisir. Une vidéo intelligemment conçue et de qualité procure un moment agréable au spectateur et renforce la marque.

Dans quels cas le spectateur est-il alors prêt à accepter l’absence de qualité professionnelle ?

Voici les trois éléments dégagés de la liste précédente accompagnés de leurs opposés. Le spectateur recherche l’un ou l’autre dans toute vidéo qu’il regarde.

  1. Respect / Ne pousse pas à l’achat. Si la vidéo ne cherche pas à vendre un produit/service, le spectateur n’a plus cette attente de la qualité comme une évidence.
  2. Confiance / Confiance & image établies par une longue relation. L’impression de fiabilité et de professionnalisme que renvoie une vidéo de qualité peut également être construite par une relation sur la durée avec le spectateur.
  3. Plaisir visuel & sonore / Contenu de valeur. Un contenu qui intéresse réellement le spectateur lui donnera toujours envie de regarder la vidéo, sans être particulièrement sensible à un éventuel manque de qualité technique.

Ces relations ne sont pas seulement valables dans le cas où l’on veut créer une vidéo sans budget, mais pour toutes les vidéos existantes, professionnelles ou non. Il ne s’agit pas forcément de remplacer radicalement une caractéristique (plaisir audiovisuel) par une autre (contenu de valeur), mais de trouver un équilibre entre les deux.

Par exemple, si une organisation a déjà une certaine image établie mais que celle-ci ne sera sans doute pas suffisante pour vendre son nouveau produit, il faudra y pallier par une conception professionnelle de la vidéo pour ce produit. Toutefois, un travail de branding extravagant ne sera pas forcément nécessaire ; juste un petit plus pour supporter le travail déjà effectué et atteindre un niveau suffisant. On a alors un équilibre entre une image établie sur la durée et une confiance légèrement renforcée de manière ponctuelle par la vidéo en question.

Maintenant que l’on a établi une méthode pour décider des projets dans lesquels investir, voyons comment mener à bien les projets qui nécessitent un minimum de ressources.

Faire une vidéo sans budget

Pour faire une vidéo sans aucun budget, il faut surtout viser quelque chose de très simple. Comme pour tous les métiers, la plupart des personnes n’ayant jamais réalisé de vidéo auparavant n’ont conscience ni de l’ampleur ni de la complexité de la tâche. Croyez-moi, je l’ai vu de nombreuses fois ! Pour tout dire, la plupart de mes meilleurs clients sont des personnes qui ont déjà réalisé leurs propres vidéos par le passé et connaissent la quantité de travail que cela représente.

L’important est de parvenir à un résultat à la hauteur de ce qui était prévu. Vraiment. Le but est d’atteindre ses ambitions, quelles qu’elles soient. Mieux vaut une vidéo basique propre et réussie qu’une tentative de vidéo riche qui s’avère boiteuse.

De même, tenter de masquer le faible budget d’une vidéo pour la faire paraître plus professionnelle rendra souvent l’effet d’une coquille vide. Mieux vaut dans ce cas une idée intelligente à la base de la vidéo et assumer totalement l’absence de budget. Si le message est assez fort pour toucher les spectateurs, ils accepteront les moyens réduits par lesquels il est véhiculé.

Si la qualité, le rythme ou l’impression générale d’une vidéo Do It Yourself est trop faible, on peut l’améliorer toujours en évitant des compromis risqués. Par exemple en injectant de l’argent dans des prestations peu coûteuses. Ces prestations apportent une certaine qualité puisqu’elles sont réalisées par des professionnels et leur prix reste largement inférieur à celui de la réalisation complète de la vidéo. Quelques idées : un enregistrement professionnel de voix off, une musique, …

Voici un bel exemple d’une vidéo créée très simplement et améliorée par de petits ajouts. C’est une simple capture d’écran en vidéo avec une voix off non professionnelle, mais le montage a été travaillé en ajoutant simplement des images fixes qui illustrent efficacement ce que la voix explique et une musique de fond.

C’est une vidéo très simple à créer, et qui est pourtant riche et efficace. À vous de trouver les moyens intelligents de faire passer votre message avec un minimum de ressources.

Voici une approche intéressante si l’on fait soi-même sa vidéo :

  1. Définir la vidéo qui aiderait le mieux l’organisation, sans limite de budget, comme si le projet était de faire appel à un professionnel pour la réaliser.
  2. Créer une version Do It Yourself de cette vidéo, en retirant ou simplifiant ce qui est trop complexe à faire soi-même.

Par exemple, imaginons qu’une vidéo en motion design expliquant comment utiliser une application serait bénéfique au site de l’entreprise.

En version Do It Yourself, on peut simplement réaliser une capture de l’écran en vidéo d’un utilisateur de l’application. On pourra ainsi transmettre la même information qu’avec la vidéo professionnelle en motion design, sans aucun budget.

Cette façon de faire permet en plus de tester la manière dont les utilisateurs répondent à la vidéo en Do It Yourself. À partir de cette information, on peut déterminer l’impact qu’aurait une vidéo professionnelle transmettant le même message (en motion design dans cet exemple). Ce test est une bonne manière de décider dans quels projets investir.

Qu’en pensez-vous ?

Avez-vous déjà réalisé une vidéo vous-même ? Comment décidez-vous de vous lancer dans tel ou tel projet ? Partagez vos expériences en commentaire !

S'abonner

Restez informé par mail des nouveaux articles postés sur le blog... Abonnez-vous !

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.