Les outils qui donnent de la souplesse au format vidéo

Alix 12 février 2014

La vidéo est un outil de communication très efficace. C’est attractif, riche, et adapté à notre manière de recevoir des informations. Mais techniquement, le format vidéo est très contraignant ; une fois que la vidéo est finalisée, aucune solution n’est disponible pour apporter des retouches ultérieures. Pour faire un travail de SEO sur du contenu vidéo, les possibilités sont très limitées. Et la liste continue, chaque problème étant basé sur le manque de compatibilité entre la vidéo et les structures informatiques actuelles. Aujourd’hui, de nouveaux services émergent, et chacun propose à sa manière de réduire cet écart entre la vidéo et les autres médias.

En guise d’introduction, je voudrais vous présenter une campagne créée sur YouTube pour Tippex. Son aspect novateur avait suscité de fortes réactions. Après avoir vu ce qu’il est possible de faire avec les outils actuels (et un solide partenariat), nous verrons des outils dont vous n’avez probablement pas entendu parler.

 Voir la campagne Tippex

Wistia

Wistia est une plateforme assez classique de partage de vidéos. Mais elle propose déjà un lot de fonctionnalités très intéressantes pour exploiter une vidéo.

Pour accompagner une vidéo, Wistia permet à l’utilisateur de mettre en ligne des sous-titres au format texte. Cette fonctionnalité n’est pas anodine, parce que les moteurs de recherche vont pouvoir lire la vidéo grâce à ce fichier texte, comme s’il s’agissait d’une page web classique. Un gros plus pour le SEO de tout le site, avec le placement assuré d’un grand nombre de mots clés !

Niveau marketing, Wistia propose énormément de moyens d’intégrer la vidéo à une campagne plus générale. Par exemple, les vidéos Wistia peuvent être intégrées dans une newsletter. Ensuite, à tout moment de la vidéo, il est possible de placer un formulaire pour récupérer l’adresse email du spectateur et ce formulaire peut être relié à un système de newsletter existant ! Et il est même possible d’intégrer un call-to-action sous forme de lien vers n’importe quelle adresse. En cours d’exploitation, Wistia se révèle aussi très puissant pour analyser le succès d’une vidéo. Grâce à une carte thermique, il est possible de connaître le comportement des visiteurs par rapport à une vidéo ou une entreprise.

Wistia - heatmap
Wistia présente aussi pour chaque tronçon de la vidéo l’engagement des visiteurs. Ainsi, si une vidéo obtient un gros pic d’abandons à un moment donné, il est simple de connaître la partie, et donc le type de contenu qui a ennuyé les spectateurs.


Wistia - graphique

www.wistia.com

Popcorn Maker

Il s’agit d’un outil créé par Mozilla dans le cadre du projet Mozilla Webmaker. Leur propre description : « La vidéo en ligne augmentée ». Concrètement, c’est un outil qui permet de rendre une vidéo déjà existante plus dynamique et plus manipulable. En effet, on ne peut pas faire grand-chose avec une vidéo brute en format MP4, AVI ou autre. Plus rien ne peut être modifié, ajusté. Popcorn Maker propose justement des moyens de retoucher des vidéos a priori figées ! Sur la base de ces vidéos, voici ce que l’on peut ajouter :

  • du texte
  • un lien
  • une bulle
  • une adresse Google Maps
  • une image
  • un contenu Wikipédia
  • des contrôles sur la vidéo (lecture en boucle, pause, couper une partie)

Quel est l’intérêt d’ajouter ces éléments après coup en utilisant un site internet plutôt que directement dans la vidéo avec un logiciel spécialisé ? Voyons les avantages tout de suite.

PopCorn Maker - vue d'ensemble

Les avantages

Les contenus ajoutés ne sont pas convertis au format vidéo, mais restent du texte, des pages internet et des images externes. Ils sont donc beaucoup plus simples à analyser pour un outil informatique qu’une vidéo. Pour l’utilisateur, c’est aussi beaucoup plus pratique ! Il peut interagir avec la vidéo comme il le ferait avec le même contenu sur une page internet classique. Il peut sélectionner le texte, cliquer sur les liens, zoomer et se déplacer dans Google Maps et ainsi de suite.

En plus de ça, une fois que la vidéo est en cours d’exploitation, peut-être des mois après sa réalisation, si le créateur a opté pour cet outil, il peut toujours modifier facilement les informations ajoutées avec ce même outil. Si l’entreprise change d’adresse et qu’il faut modifier le lien Google Maps, cela demande 5 minutes et il n’y a même pas à remplacer la vidéo sur YouTube ; la vidéo conserve toutes ses vues.

Étant donné que l’on intègre du contenu venant de l’extérieur (Google Maps, Wikipédia), la vidéo se met à jour de manière autonome ; si l’article Wikipédia est complété, la vidéo en bénéficie, si Google Maps améliore ses données pour l’endroit montré dans la vidéo, celle-ci sera mise à jour automatiquement. Le créateur a très peu de travail de maintenance de la vidéo, et celle-ci est plus à jour qu’une vidéo classique !

Cependant, pour obtenir un rendu à la fois lisible et esthétique, il est largement préférable de créer la vidéo en ménageant des espaces et des temps pour intégrer ensuite les contenus de Popcorn Maker. Sinon, la vidéo ressemblera à un collage maladroit d’informations.

https://webmaker.org/fr/
https://popcorn.webmaker.org/fr/

Treehouse

TreeHouse est un produit développé par Interlude et qui s’avère révolutionnaire pour les scénaristes. En effet, TreeHouse propose de créer des vidéos totalement interactives ! C’est-à-dire que le créateur de la vidéo peut laisser le choix au spectateur de la suite de la vidéo. Cela se fait par l’intégration de boutons dans la vidéo et suivant celui que choisit le spectateur, l’histoire prend un cours différent.

Pour avoir un bon aperçu du service, vous pouvez regarder la vidéo sur la page d’accueil de leur site : http://interlude.fm/.

Treehouse - boutons
En parallèle, Interlude offre des services qui visent tous à améliorer la vidéo telle qu’on la connaît actuellement. Par exemple, des statistiques précises ou des solutions pour rendre compatible la vidéo sur tous les écrans (mobiles, réseaux sociaux, …). De ce fait, TreeHouse profite de quelques-unes de leurs innovations, comme l’intégration au sein de la vidéo de liens qui pointent vers une adresse externe.

Les applications

Ce nouveau moyen d’écrire du contenu pour la vidéo peut s’utiliser de plusieurs manières. Voyons les plus fréquentes.

  • Contenus parallèles : Plusieurs histoires se déroulent simultanément et le spectateur peut choisir de passer de l’une à l’autre au fil de la vidéo.
  • Hub de contenus : Le spectateur commence par voir une introduction commune qui liste les contenus de la vidéo. Il peut alors faire un choix et se retrouver directement à la partie désirée. C’est une très bonne forme pour une vidéo explicative.
  • Chemins possibles : À plusieurs moments clés de la vidéo, le spectateur doit faire un choix sur la suite de l’histoire. Ce choix entraîne lui-même de nouveaux choix, mais le spectateur ne peut pas voir ce qui serait arrivé s’il avait réagi différemment auparavant. C’est la forme la plus narrative, dans le style des livres dont vous êtes le héros.
  • Jeu vidéo : En reprenant la forme précédente, on peut créer une sorte de jeu vidéo. Au lieu de modifier l’histoire par un simple choix, on peut imaginer que le spectateur ait un défi à relever pour accéder à la suite de la vidéo.

Comme vous pouvez le constater, les applications sont très variées et ouvrent beaucoup de nouvelles portes ! Pourtant, quand on dépense un budget conséquent dans la création d’une vidéo, on peut avoir certaines réticences. On peut voir un risque à produire une vidéo qui ne sera pas vue intégralement, et pour laquelle on ne peut pas contrôler ce que le spectateur verra du message. Laissez-moi vous montrer les bénéfices d’une vidéo interactive et vous réviserez sûrement votre jugement.

Les bénéfices

Le spectateur a accès à un contenu qui l’intéresse puisqu’il peut sauter les passages qui l’ennuient. Il risque donc beaucoup moins de quitter la vidéo. Il se sent aussi beaucoup plus impliqué dans la vidéo, puisqu’il en est presque le scénariste ! Le spectateur sera beaucoup plus engagé et attentif au message de la vidéo.

Étant donné que le spectateur est conscient qu’il n’a pas tout vu de la vidéo, il est susceptible de la regarder plusieurs fois pour connaître la majorité des possibilités offertes. Il connaît alors beaucoup mieux le message, et c’est lui qui a cherché à le connaître.

http://interlude.fm/
http://interlude.fm/treehouse

Touchalize :

C’est un service lancé par Phonitive; une startup spécialisée dans la vidéo publicitaire interactive. Les services sont multiples et vont de la vidéo personnalisée à l’affichage dynamique.

Par exemple, il est possible de personnaliser une vidéo en fonction de l’endroit où elle est vue. Tout est fait pour toucher le spectateur au plus proche de ses centres d’intérêt.

TreeHouse - publicité personnalisée

Au lieu de baser la personnalisation sur une donnée calculée comme l’emplacement, le choix peut être simplement laissé au spectateur ; qui peut décider de plusieurs paramètres de la vidéo (couleur, décor, musique, …). La possibilité d’achat en un simple clic peut s’ajouter à cette option, ce qui devient alors très intéressant ; le visiteur est activement impliqué depuis le début dans le message de la marque, et le clic vers la page d’achat s’inscrit fluidement dans cette dynamique.

Dans les innovations apportées, les plus spectaculaires sont celles qui ne modifient pas seulement du texte ou de la musique, mais carrément une partie de la vidéo. Touchalize permet d’intégrer des photos du spectateur dans la vidéo et de créer ainsi un message unique !

Touchalize - personnalisation

Enfin, la nouveauté qui a fait connaître Touchalize est la modification de couleur en temps réel. Je vous laisse découvrir cette fonctionnalité en vidéo ; le résultat est bluffant !

Conclusion

Toutes ces solutions permettent de sortir la vidéo de sa rigidité, et de la rendre compatible avec les systèmes qui interagissent avec elle ; les moteurs de recherche, les sites externes, les outils de newsletters… et l’humain ! On peut aujourd’hui savoir quels segments précis d’une vidéo sont les plus attractifs. Il est possible de réduire l’écart entre le message véhiculé et les spectateurs, ou de créer des vidéos qui restent à jour de manière autonome. Ce n’est plus le nombre de visionnages qui compte, mais surtout comment les spectateurs apprécient et interagissent avec chaque partie de la vidéo !

Qu’en pensez-vous ?

Comment voyez-vous ces outils ? Pensez-vous à d’autres applications que celles développées dans cet article ? Connaissez-vous d’autres outils novateurs ?

Faites-vous entendre dans les commentaires en-dessous !

S'abonner

Restez informé par mail des nouveaux articles postés sur le blog... Abonnez-vous !

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.